Montdauphin : forteresse sans ennemi, ville créée de toutes pièces !

Ces places fortes qui n'ont jamais été des lieux de guerre, et qui ont eu à séduire les nouveaux habitants pour qu'ils s'y installent : l'exemple de Mont-Dauphin.

Mont-Dauphin, plan-relief, 1709 Mont-Dauphin, plan-relief, 1709 © Photo RMN - René-Gabriel Ojeda

1692 : après l’invasion du Haut-Dauphiné par le duc de Savoie, Louis XIV souhaite réviser le système défensif dans les Alpes. L’année suivante, on construit une place sur le plateau « des Mille Vents », point de passage des armées savoyardes pour l’entrée en Dauphiné. Mont-Dauphin est donc une place avant tout destinée à verrouiller les accès des vallées de la haute Durance et du Guil.

En l’honneur du fils de Louis XIV, on la nomme Mont-Dauphin.

Le plan relief montre une ville qui n’a jamais existé en l’état…: il anticipe les évolutions qui se préparent pour Mont-Dauphin. Seulement, le succès n’est pas au rendez-vous. Sur les 2000 habitants auxquels Vauban pense, il n’y en aura que 400. L’église, faute de moyens et de fidèles, n’est jamais achevée.

 

En réalité, cette forteresse n’a jamais vu l’ombre d’un ennemi. Elle fut dissuasive, sans doute. Le village fut créé de toutes pièces, comme ce fut le cas pour d’autres villes fortifiées : la logique est donc inverse que celle d’un développement urbain habituel. Il faut faire venir les habitants pour en faire une ville véritable. L’humain ne choisit pas le lieu pour son habitat, mais c’est plutôt le lieu qui choisit l’humain. Voilà pour quelle raison on parle de « place forte » : des endroits militaires certes, mais aussi civils.

Dans l’esprit de Vauban en effet, les places utilisées pour la défense du territoire nécessitent des moyens de toutes sortes. La vie des hommes militaires appelle la nécessité d’une vie civile assurant toutes les commodités. Pour faire venir les habitants, on instaure un système incitatif : concessions, morceaux de terre, franchises d’impôts sont offerts. Le revers de la médaille ? En cas d’urgence (réquisition militaire…), les nouveaux habitants devront peut-être partir…Pour Mont-Dauphin, la forteresse est terminée alors que la frontière a déjà changé…Ceci étant dit, une vie civile, peut-être moins importante que ce qui avait été imaginé, s’y est bel et bien installée, et ce malgré le froid et l’isolement… 

Article plus récent

Votre avis

* Tous les champs sont obligatoires.