Autour de l’exposition

Une riche programmation culturelle est proposée autour de l’exposition.

 

Les rendez-vous cinéma

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

 

  • Vendredi 27 janvier, Salle de projection, 18h30

Le masque de fer

de Henri Decoin, avec Jean Marais et Claudine Auger, 1962

Durée : 2h07

Mazarin confie à d’Artagnan la mission de ramener du fort de Sainte-Marguerite à Paris un mystérieux prisonnier au visage dissimulé par un masque de fer. Forteresse, évasion, duels, cavalcades, quiproquos, galanteries… Tout l’imaginaire des films de cape et d’épée défile au galop dans ce classique du genre.

 

  • Vendredi 3 février, Salle de projection, 18h30

La Prise du pouvoir par Louis XIV

de Roberto Rossellini, avec Jean-Marie Patte, Raymond Jourdan, 1966,

Durée : 1h35

Décrivant la montée en puissance du jeune Louis XIV vers la royauté absolue, le chef-d’œuvre de Rossellini, père du néo-réalisme italien, étudie en profondeur les mécanismes de la prise du pouvoir dans une fiction d’une acuité quasi-documentaire. Une réflexion qui, au-delà de la monarchie de droit divin, vaut pour toutes les époques et tous les régimes politiques.

 

  • Vendredi 17 février, Salle de projection, 18h30

Le Vicomte de Bragelonne

de Fernando Cerchio avec Jacques Dumesnil et Georges Marchal, 1954,

Durée : 1h34

Le vicomte de Bragelonne, fils d’Athos et protégé de d’Artagnan, se retrouve au centre des intrigues de cœur et de cour qui opposent le vieillissant Mazarin au juvénile Louis XIV.

 

 

Les rendez-vous débats

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

 

  • Lundi 30 janvier, Salle de projection, 18h30

Remparts, frontières, défenses : stratégie défensive ou illusion sécuritaire ?

Les Lundis du Grand Palais Débats animés par Arnaud Laporte

La ceinture de fortifications que reproduisent les plans-reliefs visait à faire de la France de Louis XIV une citadelle retranchée dans ses frontières. Et aujourd’hui ? Quelles sont les problématiques liées à la sécurité territoriale dans nos sociétés modernes ? Les spécialistes réunis pour cette table ronde tenteront de déterminer si une protection efficace des frontières passe toujours nécessairement par la construction de murailles.

Intervenants

Jean-Dominique Merchet, journaliste au Marianne ; Gilles Aubagnac, historien, conservateur du patrimoine, délégué militaire départemental ; Alexandre Defay, professeur au centre de géostratégie de l’ENS auteur de Géopolitique du Proche-Orient, Puf, 2011 ; Michel Foucher, géographe et diplomate, auteur de L’obsession des frontières, Perrin, 2007

 

  • Lundi 6 février Salle de projection, 18h30

Le culte du patrimoine : une religion laïque ?

Les Lundis du Grand Palais Débats animés par Arnaud Laporte

L’objectif est de s’interroger sur la situation paradoxale qu’on peut observer aujourd’hui. D’un côté un patrimoine culturel visité par les foules, mis en avant par les autorités et reconnu par des organismes internationaux tels que l’UNESCO. De l’autre un patrimoine militaire trop souvent délaissé par le public comme par ses tutelles administratives – parce que renvoyant  à un contexte de défense des frontières et d’héroïsme guerrier désormais démodé ? La discussion entre les différents invités portera ainsi sur les implications de la notion de patrimoine. Cette notion évolue-t-elle au fil du temps en fonction des valeurs de chaque époque ? Et dans ce cas, quel pourrait être son véritable sens aujourd’hui ?

Intervenants

Max Polonovski, conservateur général du patrimoine, directeur du musée des plans-reliefs et Eric Deroo, historien et documentariste, chercheur associé au CNRS, tous deux co-commissaires de l’exposition ; Jean-Michel Leniaud, historien de l’art et  directeur de l’Ecole nationale des Chartes, Philippe Prost, architecte, urbaniste, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture à Paris Belleville

 

 

Table-ronde

Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.

  • Vendredi 10 février, 18h30

Soirée autour de Vauban : Sébastien le Prestre de Vauban, bâtisseur et visionnaire

 

Sébastien Le Preste de Vauban (1636-1707), maréchal de France Sébastien Le Preste de Vauban (1636-1707), maréchal de France Gravé vers 1700 ; tirage de la Chalcographie du Louvre © Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN / image musée de l'Armée

Connu pour être l’un des plus grands ingénieurs militaires de tous les temps, Vauban (1633-1707) fut à la fois un maître de la guerre de sièges et un esprit curieux soucieux du bien public. Il termina sa carrière comme Maréchal après avoir dirigé plus de 50 sièges  et construit ou réaménagé plus de 165 places-fortes, ayant défendu auprès de Louis XIV l’idée du « pré carré » : doter la France d’une « ceinture de fer » protégeant ses frontières de manière rationnelle. Mais ce grand commis de l’Etat, fidèle serviteur du royaume, fut également un urbaniste, un ingénieur hydraulicien, un précurseur de la démographie et de l’économie politique. Ses écrits d’inspiration humaniste anticipent le Siècle des Lumières.

Plusieurs invités présenteront chacun une facette de ce personnage hors-norme :

Alain Montferrand, Président de l’Association Vauban,  Michèle Virol, historienne, professeur des Universités, auteur de plusieurs ouvrages sur Vauban,  Isabelle Warmoes, historienne de la fortification, ingénieur d’études au musée des Plans-reliefs, commissaire associée de l’exposition.

Modérateur : Arnaud Balme.

 

> Écouter et télécharger cette table-ronde